Cliquez sur le bouton pour afficher la carte.

Adresse & Contact

Notre adresse

Mexique

Mexique : Trois effractions en moins de 15 jours au domicile de l’avocat spécialiste de l’environnement Juan Carlos Flores Solis 

3 mai 2022

Juan Carlos Flores Solis est avocat au Front des peuples pour la défense de la terre et de l’eau – Morelos, Puebla, Tlaxcala (FPDTA-MPT), une organisation qui défend les droits humains, la terre, le territoire, l’environnement et l’autodétermination des peuples autochtones. Ces dernières années, son travail au sein de cette organisation s’est concentré sur la fourniture de conseils juridiques à différentes communautés indigènes nahua luttant contre l’extraction et la contamination de l’eau, tant dans la rivière Cuautla, dans la municipalité d’Ayala, Morelos, qu’à Juan C. Bonilla, Puebla. 

Fondateur de la FPDTA-MPT depuis 2008, l’avocat a été persécuté et injustement emprisonné le 7 avril 2014 pour son travail de conseiller juridique auprès des populations affectées par le projet Integral Morelos, qui touche les États de Morelos, Puebla et Tlaxcala avec l’installation d’un gazoduc de 160 km au pied du volcan Popocépetl, d’une centrale thermoélectrique dans la communauté de Huexca, Puebla et Tlaxcala et  l’installation d’un gazoduc de 160 km dans les contreforts du volcan Popocatépetl, d’une centrale thermoélectrique dans la communauté de Huexca, Morelos, et d’un aqueduc, touchant environ 80 communautés dans les 3 états. 

Après l’assassinat en 2019 du militant écologiste Samir Flores, son niveau de risque augmente car il est identifié comme la prochaine personne la plus haut placée dans l’organisation.  

Au cours du mois dernier, Juan Carlos a subi plusieurs attaques à son domicile par les effractions suivantes :  

  • 5 avril 2022 : il trouve son domicile cambriolé dans le village de Santa María Zacatepec, municipalité de Juan C. Bonilla, Puebla. La clôture de son terrain et le cadenas de la porte d’entrée de la maison ont été coupés à la cisaille, sa chambre a été entièrement fouillée, ses documents ont été fouillés et jetés par terre, et plusieurs objets de valeur ont été pris. Juan Carlos déclare que l’effraction violente de son domicile, le retrait d’objets personnels de son domicile et les messages implicites laissés par le ou les auteurs, tels qu’un couteau dans son lit et la manipulation d’une photo de lui et de sa famille, constituent une menace directe contre sa vie et celle de sa famille. 
  • 10 avril 2022 : bien qu’il ait alerté les autorités mexicaines au sujet des événements violents qui se sont produits le 5 avril, Juan Carlos rentre chez lui et constate que sa maison a de nouveau été cambriolée. Il affirme que la ou les personnes qui sont entrées ont brisé le verre d’une fenêtre et sont entrées par celle-ci. Il affirme que ses affaires ont à nouveau été enlevées et que le couteau qui avait été laissé sur son lit, et qu’il n’a jamais manipulé dans l’intention de préserver les preuves du crime commis, a disparu. 
  • 14 avril  2022 : Lors d’un nouveau cambriolage, des inconnus ont pris des papiers sur une étagère dans une chambre, un sac à dos contenant divers effets personnels et des badges d’événements politiques, et ont laissé la maison en désordre.  

Il convient de noter que Juan Carlos Flores Solís et son épouse Miryam Vargas Teutle rapportent que la police n’a pas répondu à temps à la demande du Mécanisme de protection des défenseurs des droits de l’homme et des journalistes, qui suggérait qu’une voiture de patrouille garde la maison après la première intrusion du 5 avril 2022.  

 

L’OIAD note avec inquiétude et condamne ces opérations de harcèlement contre l’avocat Juan Carlos Flores.  

L’OIAD attire l’attention sur les Principes des Nations Unies relatifs au rôle du barreau, et en particulier sur les principes 16 et 17 qui stipulent ce qui suit : 

« Les pouvoirs publics veillent à ce que les avocats a) puissent s’acquitter de toutes leurs fonctions professionnelles sans entrave, intimidation, harcèlement ni ingérence indue; b) puissent voyager et consulter leurs clients librement, dans le pays comme à l’étranger; et c) ne fassent pas l’objet, ni ne soient menacés de poursuites ou de sanctions économiques ou autres pour toutes mesures prises conformément à leurs obligations et normes professionnelles reconnues et à leur déontologie. » (Principe 16). 

 « Lorsque la sécurité des avocats est menacée dans l’exercice de leurs fonctions, ils doivent être protégés comme il convient par les autorités. » (Principe 17). 

L’OIAD a demandé aux autorités mexicaines et au mécanisme de protection des défenseurs des droits de l’homme et des journalistes d’adopter des mesures visant à garantir la pleine protection de l’avocat Flores et à reconnaître publiquement son travail de défense des droits des victimes de graves violations des droits humains.